Comment réussir son fundraising ?

22/01/2018

Comment réussir son fundraising (en 6 étapes) ?

Dans cet article, nous vous expliquons, pas à pas, comment réussir son fundraising et financer une croissance exponentielle pour sa start-up. 

La levée de fonds est une étape nécessaire mais angoissante pour les start-up et entreprises ambitieuses. Bien réalisée, elle permet de bénéficier de ressources financières supplémentaires pour accélérer et développer le projet. Cependant, elle se joue sur quelques mois et il arrive souvent que l’objectif espéré ne soit pas atteint. Afin d’éviter les écueils habituels, il faut vous sur-préparer. Alors, comment réussir son fundraising (en 6 étapes) ? Cet article vous permettra déjà d’y voir plus clair.

Comment réussir son fundraising – les 6 étapes :  

1. La levée de fonds intervient quand les autres solutions de financement ne suffisent plus :

Comme l’expliquent de nombreux experts, la levée de fonds est un mode de financement cher pour l’entrepreneur.  En effet, par ce moyen, les agents de financement extérieurs disposent d’un pouvoir de décision sur la société. Pourtant, c’est une méthode nécessaire pour les start-ups et entreprises innovantes. Lesquelles ont un fort potentiel de croissance, mais sont souvent inaptes à s’autofinancer. Par ailleurs, il intervient lorsque le recours aux aides publiques et aux prêts bancaires traditionnels n’est pas possible, ne suffit pas ou plus à financer le projet. En comprendre les risques vous aidera à saisir l’importance des autres voies de financement.

2. Le profil des investisseurs varie mais leur quête de plus-value les rapproche :

Il existe plusieurs types d’investisseurs. On distingue par exemple les « Business Angels », individus physiques qui fournissent des fonds à un projet au stade embryonnaire. Généralement il s’agit d’une maquette ou en tout cas d’une entreprise sans chiffre d’affaire. Une fois que le concept a été prouvé à petite échelle, les fonds de capital-risque entrent en scène. Leur but étant de repérer les sociétés à fort potentiel de retour sur investissement. Elles les aident ensuite à croitre, jusqu’à atteindre un rayonnement national. Qu’importe leur nature, ces agents de financement cherchent généralement à réaliser une plus-value sur leur investissement. Ils peuvent donc imposer une « exigence de sortie » avec la possibilité d’une vente totale dans un délai de 5ans.

3. Les investisseurs ont un impact fort dans le développement de la jeune entreprise :

De par leur pouvoir de décision, leur réseau parfois, leur support financier, les investisseurs peuvent être un frein ou un levier. C’est pourquoi il est important d’identifier ceux qui partagent vos valeurs, vos objectifs et de vous orienter vers ceux-là en priorité. Quitte à ce que l’objectif à lever soit réduit à la baisse. N’oubliez pas que vous allez devoir négocier les conditions de valorisation de votre entreprise et établir un pacte d’associés. Un document extra-statutaire qui régit les relations entre associés ; les droits des actionnaires, et prévoit les conditions d’associations, de liquidité de l’actionnariat… Ce dernier sera d’autant plus contraignant pour l’entrepreneur, que les investisseurs injectent des sommes conséquentes. Parfois, il vaut donc mieux une valorisation plus basse mais des conditions de pacte bien plus souple que l’inverse. Raisonnez sur le long-terme et ne vous jetez pas dans les bras du premier venu.

4. S’entourer des meilleurs experts est l’une des clés de la réussite :

Echouer dans votre levée de fonds vous coûtera plus cher que déployer les moyens nécessaires à sa réussite. En effet, non seulement une équipe solide, organisée et énergique saura constituer un appui stratégique durant cette période stressante. Un expert en levée de fonds, par exemple, saura vous guider dans le processus, évaluer au mieux votre besoin de financement, vous expliquer les règles du jeu… Mais de plus, en ayant recours à des experts-comptables ou des avocats spécialisés, vous pourrez négocier au mieux les termes d’associations et de valorisation de votre entreprise. D’après Patrick Maupard (dirigeant du cabinet Maupard Fiduciaire), les entrepreneurs ont tendances à se concentrer sur la valorisation de la société alors que d’autres clauses comme le pacte d’association sont tout aussi importantes. Un conseiller aguerri saura donc vous mettre sur la bonne voie.

5. La stratégie d’exécution fait la moitié du travail, le produit fait le reste :

Votre stratégie d’exécution doit passer par différentes étapes. Lors des prémisses de la campagne, une à deux pages de présentation suffisent pour susciter l’envie d’un premier contact. En effet, ces quelques pages constituent votre teaser ou executive summary. S’il est simple, la valeur ajoutée de votre projet sera mieux comprise, et vos chances plus grandes. De même lors de vos premiers elevator pitches. Il vous faut simplement vendre le potentiel de votre projet et faire rêver l’investisseur, tout en le rassurant par des arguments chiffrés. Idem pour votre communication sur les réseaux sociaux. C’est lors de la période dite du « Road show »  qu’il faut être plus exhaustif, plus étoffé*. Vous devez être prêt, et précis dans vos prévisions. Exit, donc, la sur-valorisation de votre projet. Soyez objectifs sur vos forces et faiblesses ou vous risquez d’être piégés dans un schéma que vous ne pouvez concrétiser. Une fois la collaboration engagée, vient la période d’audit. Durant cette dernière ligne droite, il vous faut produire une bibliothèque de documents permettant aux agents d’évaluer leur futur investissement (statut, contrat de travail, bilan, compte de résultat, brevet…). Ne lâchez rien, vous y êtes presque.

*durant laquelle entrepreneurs et leveurs de fonds accumulent les rendez-vous avec des agents de financement.

6. Le timing est crucial dans le lancement de la campagne :

Toujours d’après Patrick Maupard, le timing est crucial. Une campagne dure entre 6 mois et un an, il faut donc qu’elle démarre au bon moment. Il arrive d’ailleurs que les inventeurs sollicitent leurs potentiels investisseurs trop tôt. « Parfois entrepreneur a un produit innovant mais le marché n’est pas prêt et il faut compter encore du temps avant que le produit ne soit reconnu ». Parfois trop tard et ils ont le couteau sous la gorge pour négocier. Dans les deux cas, ils se retrouveront probablement dans une situation critique. L’idéal étant de créer un lien à la création du projet, lorsque l’entrepreneur n’a pas encore besoin des interlocuteurs. Faites évoluer vos relations de manière fluide. 

Des premiers elevators pitches et posts sur les réseaux sociaux jusqu’à la valorisation finale de votre « baby », la levée de fonds est un marathon qui nécessite de l’endurance et de la stratégie. Jusqu’au bout, pensez que vous allez perdre un peu de contrôle sur votre entreprise et ajustez vos objectifs de développement en fonction. En ayant en tête ses contraintes et ses avantages, vous saurez navigués entre les obstacles et atteindre vos objectifs de financement. Bon courage !

Et en cas de besoin, nous serons ravis de vous donner de plus amples conseils.

TEACH IT EASY 

Team CartelTech

 

Découvrez nos autres articles

High Tech, Marketing Digital, Management, Web… Nos articles couvrent tous ces sujets, et bien plus encore. 

Paris Blockchain Week Summit 2019 : Recap

Paris Blockchain Week Summit 2019 : Recap

And it’s a wrap. +50 talks, +40 speakers, 2 stages, mais surtout, un nombre incalculable d’informations et de connexions possibles et disponibles. C’est ce qu’on retiendra du Paris Blockchain Week Summit 2019 qui s’achève alors que nous écrivons ces lignes. CartelTech vous fait un petit récap de l’événement qui a animé Station F ces 16 et 17 avril 2019.
Comment améliorer son chatbot ?

Comment améliorer son chatbot ?

 Chaque jour, votre chatbot converse avec vos leads et clients pour vous. Vous cherchez comment l’améliorer afin d’optimiser son efficacité et votre taux de conversion. CartelTech a ce qu’il vous faut ! Voici Chatbase, l’outil analytique qui va booster votre chatbot,...