Que devient Kobe Bryant ? Investisseur à succès.

17/02/2018

Que devient Kobe Bryant depuis la fin de sa carrière ?

Loin d’être complètement inactif, Kobe Bryant s’est reconverti dans le business et la finance. Domaines dans lesquels il excelle. CartelTech vous présente la récente reconversion de ce basketteur mythique.  

Kobe Bryant. Deux mots, un patronyme, un individu hors du commun. 5 fois champion de NBA (National Basketball Association) aux côtés des Lakers de Los Angeles, double médaillé d’or olympique, plusieurs fois MVP, All-star et surtout joueur phénoménale pendant deux décennies, Kobe a inscrit son nom en lettre d’or dans l’histoire du sport collectif. Récemment retiré de la NBA, non sans avoir scoré 60 points lors de son dernier match pour bien marquer le coup, il a décidé que le show devait continuer. Désormais, il sévit sur les bancs de Wall Street avec Bryant Stibel, son fond de capital-risque au capital initial de 100 millions de dollars. CartelTech vous en apprend plus sur cet ancien basketteur devenu investisseur.

Alors, que devient Kobe Bryant concrètement ? 

1. Les prémisses 

Depuis 2000, affirme-t-il, il savait qu’il voulait faire « ça » plus tard. Ça : c’est investir, côtoyer les entrepreneurs, développer des entreprises et déplacer des capitaux. Pourtant, il lui faudra attendre 2012-2013 et ses multiples blessures pour enfin avoir le temps d’élaborer une feuille de route et se lancer. Il créé en 2014 Kobe Inc et l’utilise pour investir sa fortune personnelle dans l’industrie du sport, qu’il entend « redéfinir ». Avec Kobe Inc., Bryant investit dans BodyArmor (marque de boisson sportive dont le chiffre d’affaire en 2013 est de 10 million de dollars) jusqu’à en devenir le 3èmeactionnaire.

2. La création de Bryant-Stibel

Mais ce n’est pas tout, alors qu’il accumule les victoires en NBA, il accumule également un capital de 100 millions de dollars à l’aide de Jeff Stibel. Tous deux fondent ainsi le fonds de capital-risque Bryant Stibel afin de « fournir un soutien stratégique, financier et opérationnel aux entreprises en mettant l’accent sur la technologie, les médias et les données». Spécialisé dans les médias, la tech et le data, ce venture capital profite de l’aura ainsi que de la vision créative du basketteur (qui œuvre en partenariat avec Nike depuis 2003), et de la technicité et de l’expertise de Jeff Stibel, entrepreneur, auteur et scientifique diplomé de Brown University. Le fond a déjà été impliqué dans plus de 50 transactions, et a investi dans plus d’une dizaine de compagnies notamment Dell technologies, Legalzoom, House canary ou encore Alibaba Group duquel il s’est néanmoins retiré.

3. Comment l’expliquer ?

Chris Sacca l’explique simplement à CNN Tech de la manière suivante. Kobe a transféré son étique de travail irréprochable et son obsession de l’amélioration afin d’en apprendre plus sur les start-up et la discipline de l’investissement, comme en entrainement. Le but de tout ça, n’est pas simplement de réinvestir son argent intelligemment pour se constituer une rente confortable. Il cherche à aller beaucoup plus loin : « Jouer au basketball, c’est toujours gagner, gagner des championnats, remporter des championnats, remporter des championnats » déclarait-il. “Maintenant, les championnats vont et viennent. Mais si vous voulez vraiment créer quelque chose qui dure plusieurs générations, vous devez aider à inspirer la prochaine génération. C’est quand vous créez quelque chose pour toujours, et c’est ce qui est le plus beau ». Ce ne sont pas des paroles en l’air puisque mis à part cela, Kobe a également été actif dans le secteur caritatif. Il lançait déjà en 2006, la Fondation de la famille Kobe et Vanessa Bryant pour donner aux jeunes l’accès au sport, au mentorat et à l’autonomisation économique. Il s’associe également avec la Fondation Soong Ching Ling en 2009 pour créer le Kobe China Fund, dédié au bien-être et à l’éducation des jeunes en Chine.

Inspirer les prochaines générations, c’est définitivement ce qu’il est parvenu à faire tout au long de sa carrière de basketteur, et encore aujourd’hui en tant qu’investisseur. Il illustre au moins trois règles d’or de l’entrepreneuriat :

  • Hard Work Pays Off (Le travail dur paye) ;
  • Hustle Never Stop (la débrouille ne s’arrête jamais) ;
  • Always learn and grow (toujours apprendre et grandir) ;

Un bel exemple pour les générations futures d’entrepreneurs et d’investisseurs.

 

TECH IT EASY

Découvrez nos autres articles

High Tech, Marketing Digital, Management, Web… Nos articles couvrent tous ces sujets, et bien plus encore. 

Paris Blockchain Week Summit 2019 : Recap

Paris Blockchain Week Summit 2019 : Recap

And it’s a wrap. +50 talks, +40 speakers, 2 stages, mais surtout, un nombre incalculable d’informations et de connexions possibles et disponibles. C’est ce qu’on retiendra du Paris Blockchain Week Summit 2019 qui s’achève alors que nous écrivons ces lignes. CartelTech vous fait un petit récap de l’événement qui a animé Station F ces 16 et 17 avril 2019.
Quelle(s) série(s) regardent les entrepreneurs ?

Quelle(s) série(s) regardent les entrepreneurs ?

CartelTech vous propose une sélection des séries incontournables, que devrait avoir vu et revu chaque entrepreneur. Si ce n'est pas le cas, alors foncez ! Si oui, faites-nous partager vos pépites ! L'histoire de États-Unis et l'entrepreneuriat ne font qu'un. Logique...

Que sont les Instant Apps ?

Que sont les Instant Apps ?

Que sont les instant apps ?  Comme chaque année à la mi-Octobre, Google Play lançait il y’a quelques jours son « Playtime » annuel. Il s’agit d’une série d’événements situés dans différentes villes (Berlin, San Francisco…) axés sur l’univers Apps d’Android et Google...

2018 : Quelles réformes fiscales ?

2018 : Quelles réformes fiscales ?

Elaboré par Edouard Philippe (1erMinistre), Bruno le Maire (Ministre de l’économie et des finances) et Gérald Darmanin (Ministre de l’action et des comptes publics), dans le but de provoqué un « souffle fiscal en faveur de l’investissement, de l’emploi et de la...